Qui êtes-vous

 Madame HUDSON ?

IMAG0005

"Madame Hudson, la logeuse de Sherlock Holmes, avait une existence des plus pénibles. Non seulement l'appartement du premier étage était envahi à toutes heures par une foule de personnes singulières et souvent indésirables, mais son remarquable locataire, menant une vie excentrique et irrégulière, mettait sa patience à rude épreuve. Son incroyable manque d'ordre, son goût immodéré pour la musique à des heures indues, ses exercices occasionnels de tir entre quatre murs, ses expériences scientifiques, étranges et souvent nauséabondes, et l'atmosphère de violence et de danger qui l'entourait, tout faisait de lui le pire des locataires de tout Londres." John Watson ( Le détective agonisant)

 

**********

Beaucoup d'holmésiens se posent souvent la question suivante :

"Qui êtes-vous Mrs Hudson ?"

Personnellement, j'ai tenté d'y apporter une réponse. Voici, ci-après, un extrait du discours que j'ai eu l'honneur d'écrire puis de lire à l'occasion du symposium " Sherlock Holmes et les femmes", organisé par la Société Sherlock Holmes de France, pour l'Assemblée Générale de l'an 2000. Merci encore à Thierry Saint-Joanis , Président de la SSHF et à Roland Nicolas, ex-Directeur du Grand Dépôt de Paris, de m'avoir décerné cette année là, le titre de Membre d'Honneur SSHF, sous le nom canonique de Mrs HUDSON.

************

main

************

" Fallait-il qu'elle l'aime ce célèbre locataire, doté d'un incroyable manque de soins pour son petit salon, ce locataire à l'humeur changeante, affligé d'une excentricité et d'une irrégularité d'habitudes, qui auraient dû épuiser son indulgence. Fallait-il qu'elle soit patiente devant l'invasion à toute heure dans sa maison d'une foule de gens bizarres et souvent peu recommandables. Fallait-il qu'elle soit tolérante pour subir sa prédilection pour la musique, à des heures que tout un chacun réservait au sommeil. Fallait-il qu'elle soit sourde pour ne pas entendre son entraînement au revolver en chambre à n'importe quelle heure de la journée, et fallait-il que son odorat se trouve inférieur à la normale, pour que les expériences scientifiques aussi étranges que mal odorantes de cet exubérant personnage n'incommodent son sens olfactif.

Le bon docteur Watson pensait plutôt que vous éprouviez pour son ami Holmes une terreur respectueuse. Néanmoins, n'aviez-vous pas tenté en vain de le séduire lorsque sur un plateau d'argent, vous lui apportiez sa petite tasse de thé, son courrier, ses journaux, et les cartes de visite de ses innombrables clients autant illustres qu'inconnus. N'aviez-vous pas tenté en vain de le séduire, en lui mitonnant de bons petits plats… vos perdrix en gelée et vos pâtés en  croûte… sans oublier, pour les grandes occasions, votre célèbre "méduse aux câpres". Mais apparemment, votre locataire demeurait insatisfait.

Combien d'années au juste l'avez-vous gardé sous votre toit ? Di ?... Vingt ?... Vingt-cinq ?... Plus de… vingt-huit ans !!!!

Et la vieille femme de charge qui l'a suivi au bord de la mer, était-ce encore vous ? Là, Mrs Hudson, vous aussi vous auriez bien mérité la Légion d'Honneur pour bons et loyaux services ! A mes yeux, vous êtes bien mieux qu'Irène Adler et bien mieux que toutes ces femmes qu'il n'a rencontrées qu'une seule fois dans ses aventures. Vous êtes son ombre, même si vous
n'apparaissez pas régulièrement dans les cinquante-six nouvelles et les quatre romans, vous y êtes quand même présente. Son salon, c'est un peu le vôtre, et votre maison de Baker Street…c'est bien évidemment la sienne, puisque désormais, il nous est impossible de dissocier Sherlock Holmes… du
221 B.

Certains diront que c'est parce qu'il vous payait royalement que vous l'avez gardé auprès de vous,
malgré son humeur changeante, son grand désordre, et ses excentricités. Laissons les dire…

Sherlock lui-même n'a-t-il pas précisé un jour à son ami Watson que les femmes étaient naturellement cachottières ?

On aura beau éliminer l'impossible, vous demeurerez, aussi incroyable que cela puisse paraître, le plus grand mystère du canon. Car vous lui appartenez à jamais Mrs Hudson, vous êtes "sa" logeuse. La logeuse dont nous ne connaîtrons jamais ni l'âge, ni la morphologie…"

UFLO1167T